Quotidienne

Moldavie et Russie : « Le mot d’ordre, c'est le pragmatisme »

Alors que des milliers d’Ukrainiens se réfugient en Moldavie, le géopolitologue Florent Parmentier analyse la position de ce petit pays enclavé entre l’Ukraine et la Roumanie et historiquement compris dans la sphère d’influence de Moscou.

Moldavie et Russie : « Le mot d’ordre, c'est le pragmatisme »

Comment la Moldavie a-t-elle réagi à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ?

Il y a eu un élan assez naturel de solidarité et d’identification au sort des Ukrainiens de la part des Moldaves. L’hôtel national de Chisinau, qui est un bâtiment emblématique de la capitale moldave, s’est paré des couleurs ukrainiennes pour témoigner de ce soutien et la Moldavie a décidé d’ouvrir ses portes aux Ukrainiens qui fuient le conflit.

On remarque d’ailleurs que la population n’est pas seulement favorable, mais véritablement actrice de cette aide spontanée aux déplacés. De nombreux habitants sont venus avec leurs voitures pour les aider à trouver des logements. Le gouvernement moldave a aussi ouvert un certain nombre d’emplois aux réfugiés qui souhaitent travailler dès maintenant, notamment dans les secteurs de la construction, des technologies, ou du textile.

« Aujourd’hui, sur les 200 000 Ukrainiens qui sont arrivés en Moldavie, plus de 100 000 y sont restés, ce qui représente près de 4 % de la population totale ! »

Mais la Moldavie va rapidement faire face à de nombreux problèmes, notamment en raison de sa petite taille, de ses ressources limitées en eau et en nourriture, et de la situation sanitaire. Sur le long terme, la Moldavie ne pourra pas accueillir tous les réfugiés ukrainiens qui franchissent ses frontières et devra assumer son rôle de pays de transition vers l’Union européenne. Aujourd’hui, sur les 200 000 Ukrainiens qui sont arriv

09 mars 2022