Quotidienne

Irène Frain : « Les beaux instants de la vie se fabriquent »

Irène Frain, écrivain

Marie Deshayes, journaliste

Alors que vient de sortir son nouveau roman, L’Allégresse de la femme solitaire (Seuil), Irène Frain nous livre une météo intérieure sous le signe de l’espérance et de la joie.

Irène Frain : « Les beaux instants de la vie se fabriquent »
© Marie Deshayes

Quelle est votre météo intérieure ? 

L’espérance. Beaucoup de nouvelles sont inquiétantes, mais je sens en Ukraine une exemplarité quasi collective impressionnante, même s’il ne faut pas idéaliser à outrance. Un côté « Yes we can! » s’est manifesté.

J’ai été élevée par un père qui m’a toujours dit : « Tu peux le faire ». Ça m’a poussée à faire des tas de choses. J’ai donc retrouvé la confiance, et la confiance est le socle de l’espérance. Au niveau collectif, ça peut avoir une valeur d’exemplarité. Bien entendu, je dis ça avec beaucoup de précaution. Je suis parfaitement consciente que pour une partie de la planète, l’attitude de l’Occident paraît incompréhensible ou totalement inappropriée. 

Mais en tant qu’Occidentale voyageuse, ma météo intérieure est actuellement à l’espérance et la reprise de confiance dans mes idées, dans mes idéaux. L’Europe non seulement a tenu mais s’est affirmée et c’est un exemple pour les jeunes. On a oublié la valeur de l’exemple dans notre société qui est pourtant un des socles de la République française.

27 mai 2022