Quotidienne

Vanessa Schneider : « L’absence de remise en question de Macron est inquiétante »

Florian Mattern, journaliste

La journaliste et écrivaine Vanessa Schneider vient de publier son sixième roman, La Fille de Deauville, dans lequel la radicalité politique rejoint le climat actuel de défiance et de morosité.

Vanessa Schneider : « L’absence de remise en question de Macron est inquiétante »
Pascalito

Dans La Fille de Deauville qui a paru en mars dernier chez Grasset, Vanessa Schneider imagine la traque d’une des militantes du groupuscule terroriste d’extrême gauche Action directe dans les années 1980. Alors que s’ouvre aujourd’hui le Festival du livre de Paris, la romancière et journaliste nous donne sa météo intérieure, au milieu des turbulences politiques et des incertitudes sur l’avenir. 

 

Quelle est votre météo intérieure du moment ?

Elle est très mitigée… Elle est tout d’abord touchée par le nuage dépressif ambiant qui nous poursuit depuis quelques années maintenant. Entre le Covid-19, la guerre en Ukraine et les élections avec la menace de l’extrême droite, l’atmosphère est assez pesante. Je ressens beaucoup l’inquiétude des gens, les tensions et les difficultés que l’on peut avoir pour se projeter dans l’avenir. Beaucoup de ces inquiétudes sont liées à la question, importante, du pouvoir d’achat mais qui témoigne d’un repli général peu réjouissant. 

Ce nuage est tempéré pour moi par des projets personnels et professionnels stimulants comme la sortie de mon livre en mars dernier ou l’adaptation au cinéma de mon précédent roman, Tu t’appelais Maria Schneider (Grasset, 2018), dont le tournage doit commencer en 2023.

Avez-vous trouvé

22 avril 2022