Quotidienne

Bartabas : « Le cheval est mon baromètre »

Marie Deshayes, journaliste

Bartabas, écuyer

Ce sont ses chevaux qui lui livrent sa météo intérieure, dans ses « entretiens silencieux » avec eux, tôt le matin. Ce n'est qu'après que l'écuyer néo-écrivain parle aux humains. Il a reçu le 1 au Théâtre équestre Zingaro à Aubervilliers, en région parisienne. 

Bartabas : « Le cheval est mon baromètre »

Quelle est votre météo intérieure ?

En général, je confie le soin à mes chevaux de me dire de quelle humeur je suis, tôt le matin. C'est mon premier acte. Avant, il ne faut pas m'adresser la parole. Et après viennent les problèmes des hommes (problèmes ou pas, ça peut être de beaux problèmes). Le cheval est mon baromètre. Il me dit s'il va faire beau aujourd'hui dans mon rapport avec les autres humains. Est-ce que ce sera un jour de tempête ? Est-ce qu'il a de l'orage dans l’air ? C'est assez étonnant, d'ailleurs : ils se trompent rarement. Ils arrivent à capter l'électricité, ce qui se passe en nous. S'il y a des jours où ça ne se passe pas très bien le matin dans mes entretiens silencieux avec les chevaux, je sais que le reste de la journée, avec les humains, ça ne va pas être terrible.

Mais nos états peuvent aussi complètement changer dans la journée. Comme en Irlande, où le ciel peut changer trois fois de saison par jour. Pour moi, la météo, qu'elle soit intérieure ou extérieure, c'est le mouvement, le souffle.

Quelles turbulences avez-vous observé dernièrement ?

On vit des choses pesantes, avec la guerre en Ukraine, par exemple. On voit du ciel noir à l’horizon. On est très polarisés là-dessus parce que ça se passe en Europe, mais hélas, ce n'est pas la première et ce ne sera pas la dernière guerre. 

« Échanger avec l'animal, c'est quelque cho

15 avril 2022