Quotidienne

« La majorité des œuvres littéraires que j’admire ont une portée politique »

Tous les dimanches, le 1 publie les bonnes feuilles d’essais récents ou à paraître. Aujourd’hui, un extrait de l’entretien avec l’écrivaine Alice Zeniter dans « La littérature est une affaire politique », en librairies le 6 avril.

« La majorité des œuvres littéraires que j’admire ont une portée politique »

La littérature, une simple histoire de divertissement ? Ce n'est pas l'avis des 26 écrivains qui ont répondu au directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la littérature française contemporaine Alexandre Gefen. Car ils font très souvent de leurs récits des outils d'analyse des inégalités et interrogent les discours sociaux. Il n'est donc pas question pour eux de rester enfermés dans une quelconque tour d'ivoire. 

Parmi les auteurs interrogés, Alice Zeniter, qui expose en quoi ses livres (et ceux qu'elle admire) sont politiques : ils mettent en scène la société française contemporaine et exposent ce que de seuls chiffres ne sauraient incarner : « l'éventail des vies arrêtées, abîmées ou diminuées ».

 

« La littérature explore ce qu’est la difficulté de s’organiser en société commune »

Née en 1986, ancienne élève de l’École normale supérieure, romancière, mais aussi scénariste, dramaturge et metteuse en scène, Alice Zeniter a reçu le Goncourt des lycéens pour sa fresque historique L’Art de perdre, qui raconte la destinée d’une famille d’origine algérienne. Son essai Je su

03 avril 2022