Quotidienne

« Évolution » par Boris Cyrulnik

Manon Paulic, journaliste

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre

À cause du Covid, la jeunesse d’aujourd’hui a manqué une étape cruciale de son développement cérébral. Les conséquences seront nombreuses, et c’est l’ensemble de notre société qui risque d’en pâtir, nous explique le neuropsychiatre.

« Évolution » par Boris Cyrulnik

La vie sur Terre est constamment soumise, quel que soit le contexte historique, à une évolution. En temps de paix, celle-ci a lieu sans transformation. Il y a bien régulièrement quelques ajustements à faire, notamment en matière de politique, d’économie, de climat, de conflits divers, mais il s’agit globalement d’un phénomène proche de l’adaptation. En revanche, ce que nous venons de subir ces dernières années, à savoir la pandémie de Covid-19, et ce que nous sommes en train de subir actuellement, la guerre en Ukraine, impliquent une évolution avec transformation.

« Le virus puis la guerre en Ukraine sont deux catastrophes culturelles à caractère évolutif »

L’évolution avec transformation n’a rien de nouveau. Elle a lieu régulièrement, à petite et grande échelle. D’un point de vue écologique, la planète a subi cinq grandes évolutions avec transformation. Par cinq fois, sous l’effet du réchauffement, les eaux ont monté avant de redescendre, à l’occasion d’une nouvelle glaciation. On trouve des archives biologiques de ces évolutions, à savoir des arêtes de poisson, des huîtres, des coquillages et même des petits dinosaures incrustés dans la pierre à 1 500 mètres d’altitude, notamment dans la région de Montréal, New York et Boston. Et chaque fois que les eaux ont baissé, on a vu réapparaître une autre faune et une autre flore. Une autre forme de vie.

J’ai assisté à un phénomène similaire, à petite échelle, dans la région de Toulon. C’était en 1974, le cap Sicié était en proie à un gigantesque incendie alimenté par le

28 mars 2022