Le calendrier est formel et immuable. C’est la rentrée. Rentrée des classes sinon de la lutte des classes. Rentrée des élèves, des profs, des parents, de ceux qui travaillent, des syndicats, des gouvernants aussi, qui ont à peine cessé de gouverner pour montrer que leur charge comptait plus que leur repos. Mais est-ce la rentrée des Gilets jaunes, ou ont-ils raccroché leur habit de lumière – terni par tant de divisions et de violences – comme un boxeur raccrocherait ses gants ?

Si la péri

Vous avez aimé ? Partagez-le !