Il y a dix ans, la jeunesse arabe du Maghreb, jusque-là ignorée des décideurs, faisait irruption sur la scène politique. Partout, elle poussait les trois mêmes cris : « Travail ! Liberté ! Dignité ! » Dix ans plus tard, force est de constater que ces soulèvements populaires où la jeunesse a joué un rôle moteur ont tous abouti in fine au maintien de l’ordre social antérieur. Comme si, entre réformes cosmétiques, retour à l’ordre autoritaire et chaos sanglant, un « hiver arabe » avait rabattu un couvercle d’acier sur ces sociétés.

Si nous considérons l’emploi des jeunes, enjeu majeur dans les trois pays du nord de l’Afrique, la situation s’est dégradée depuis 2011. Leur taux de chômage, déjà l’un des plus élevés au monde, est passé de 27 % à 30 % entre 2010 et 2019. Et, comme

Vous avez aimé ? Partagez-le !