Le Pen : jusqu'où ira-t-elle ?

Le Pen : jusqu'où ira-t-elle ?

Sommaire

Près de la moitié des Français jugent aujourd’hui le parti de Marine Le Pen capable de gouverner. Le Rassemblement national, très sage à l’Assemblée, semble s’être débarrassé de son image d’épouvantail de la République. À cet égard, sa participation historique à la marche contre l’antisémitisme du 12 novembre marque une étape très symbolique face au « -verrou idéologique » qui lui a jusqu’ici barré le chemin du pouvoir. Malgré ce ripolinage, le parti d’extrême droite n’a pourtant pas cédé grand-chose de sa radicalité originelle. L’éclairage du 1.

Un aimant radical

Je suis cette personne dont on parle

Avant la réconciliation

Un demi-siècle de « dédiabolisation »

« L’extrême droite a réussi à polariser le débat sur l’immigration »

Alors que les enquêtes d’opinion dépeignent une société française de plus en plus tolérante, le Rassemblement national ne cesse de gagner du terrain. Le politiste Vincent Tiberj met en perspective ce paradoxe et souligne comment le parti d’extrême droite parvient à tirer profit de la guerre au Pr…

[Flammes]

Pour rendre le Front national plus présentable et faire oublier le passé sulfureux de son père, Marine Le Pen l’a rebaptisé en 2018 Rassemblement national.

« Une recrudescence du milieu radical d’extrême droite »

L’historien Nicolas Lebourg revient sur les liens complexes existant entre le parti des Le Pen et les milieux de la droite radicale, tout en analysant l’adaptation du discours de ces derniers à l’individualisme numérique.

L’édito du 1

Un aimant radical

Julien Bisson

François Hollande avait inventé la « présidence normale » – sans que ça lui porte vraiment chance. Marine Le Pen en aura-t-elle davantage avec sa propre entreprise de « normalisation » ? Depuis sa prise de contrôle du parti, il y a douze ans, la députée du Pas-de-Calais n’a cessé de repeindre la faç…

Lire l'article
Marine Le Pen, entourée du président du RN Jordan Bardella (à droite) et du député Sébastien Chenu (à gauche) lors de la marche contre l’antisémitisme, à Paris, le 12 novembre © Philippe Bourguet / Bepress / ABC / Andia.fr

article offert