Masculin, féminin : 50 nuances de genre ?

Masculin, féminin : 50 nuances de genre ?

Sommaire

Refus des étiquettes, refus des héritages dévolus à chaque sexe, refus d’un binarisme qui ne saurait prendre en compte la diversité du nuancier de genres sur lequel chacun viendrait s’inscrire.

Portée par les transgenres et ceux qui se revendiquent « non-binaires » – 22 % des jeunes âgés de 18 à 30 ans selon un sondage Ifop –, cette révolution du genre ne se limite pas à ces figures androgynes ; elle touche par ricochet l’ensemble d’une société dont elle bouscule les carcans et les présupposés.

Ce numéro du 1 se penche sur les origines et les implications de cette remise en question.

N° 336 03 Mars 2021

Un autre monde

Euphorie de genre

Vicky Feaver - Le chapeau d'Hemingway

Les penseurs du genre

« La distinction masculin-féminin ne sert plus qu’à discriminer »

« Nous restons héritiers d’un patriarcat moderne qui a saturé la totalité de nos représentations et de notre organisation sociale. » Le sociologue analyse comment en Occident le carcan du genre – la subordination des femmes et la disqualification culturelle du féminin qu’il induit – a longtemps s…

[Épicènes]

EN FRANCE, depuis 1993, les parents peuvent choisir librement le prénom de leur enfant, dans certaines limites. L’administration n’a voulu ni de Nutella pour une fille ni de Jihad pour un garçon… Elle a dû accepter, en revanche, que deux coup…

La page 3 du 1 de cette semaine :

Euphorie de genre

Sébille

Pour Sébastien, masculinité n’a jamais été synonyme de souffrance. L’enfant qu’il était a toujours eu conscience qu’il appartenait au cercle privilégié des hommes et, longtemps, il s’en est accommodé. Chez lui, pas de dysphorie de genre*, bien que la masculinité ne lui ait jamais paru tout à fait sa…

Lire l'article
 Sébille

article offert