Ces bêtes que nous aimons tant [manger]

Ces bêtes que nous aimons tant [manger]

Sommaire

Nous les avons domptés, domestiqués. Certains deviennent nos compagnons. Et pourtant, nous les maltraitons, nous les élevons de manière industrielle, non sans cruauté, et nous les mangeons. Nous vivons avec cette contradiction. Le 1 tente, cette semaine, d’en mesurer l’ampleur. Comment sortir du cercle maudit ouvert, voilà quatre siècles, par Descartes qui désigna l’animal comme une machine ?

N° 33 19 Novembre 2014

Pitié pour les porcs

Jules Supervielle (1884-1960), Visages des animaux

Petite histoire de l’homme et des bêtes

« Je ne peux pas laisser dire que l’homme est un animal comme les autres »

À quand faites-vous remonter la grande rupture entre les hommes et les animaux ?

Je fais remonter la première rupture – rupture symbolique – au Christ qui s’est offert en sacrifice comme l’agneau pascal. C’est dit…

Zoologie

Au pays des droits de l’homme et de l’animal, il est normal de se soucier des chiens, des chats ou des chevaux. Mais est-ce une raison de négliger les grands fauves ? N’avons-nous pas aussi à défendre les Sarkozy, les Copé, les Montebourg, les Royal o…

Le Récit du 1 de cette semaine :

Pitié pour les porcs

Sylvain Tesson

Je ne veux plus entendre leurs cris. Je ne peux plus les supporter. Ils vivent dans l’obscurité en permanence. Lorsqu’on fait coulisser la porte à glissière, ils entendent le grincement et commencent à geindre. Leur plainte gonfle dans le noir. Elle fait comm…

Lire l'article

article offert