Chose...

Il n’était pas en paix

Il aimait quand je l’emmenais en voiture dans Paris, tard dans la nuit. On échappait à l’escorte policière qui lui pesait. Il abaissait la vitre pour respirer l’air tiède du printemps. Je sentais qu’il se détendait. On ne parlait pas. Il était bien. On longeait les quais de Seine, les rues paisibles et gaies du Quartier latin. Il se savait malade mais il ne se soignait pas. Il laissait le mal le gagner de l’intérieur.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Éphémère jeunesseLoup Wolff
L'Algérie et ses fantômes
Cet article est tiré du numéro L'Algérie et ses fantômes
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE