Récit

Les aiguilles de l’équilibre

J’ai découvert l’acupuncture à l’occasion de mes voyages en Chine. Pendant un an, dans le cadre de mon projet Terracotta Daughters, j’ai multiplié les allers et retours entre New York, où je vis, et la ville de Xi’an. C’est là-bas que mon intuition m’a poussée à m’intéresser à l’acupuncture, que je me suis mise à pratiquer à la manière d’un rituel. À chaque descente d’avion, j’ai pris l’habitude de recourir aux aiguilles pour mieux supporter les décalages horaires. Pendant cette période de travail intense, l’acupuncture m’a soutenue à la manière d’une colonne vertébrale, me remettant régulièrement d’équerre. La technique me fascinait. Tout comme celle des ventouses, un autre outil utilisé dans la médecine traditionnelle, que j’observais dans les rayons des pharmacies chinoises. Visuellement, ces objets m’attiraient. J’étais captivée par la beauté des aiguilles en cuivre et des ventouses en verre.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Qui en veut aux médecines douces ?
Cet article est tiré du numéro Qui en veut aux médecines douces ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE