Un an après son élection aussi triomphale qu’imprévisible, Emmanuel Macron règne autant qu’il préside, monarque républicain – monarque et en même temps républicain –, sensible aux ors de la République quand elle se donne des airs de monarchie, de Versailles à Chambord en passant par la nécropole de Saint-Denis où le président ne dédaigne pas de s’attarder pour un colloque intime avec les rois de France. Parmi les François, il ne reconnaît guère Mitterrand, et Hollande encore moins. Comme premier des Français, son François s’appelle François Ier. Il y a de la Renaissance dans le macro

Vous avez aimé ? Partagez-le !