Ceux qui les défendent

« Ils veulent “optimiser” l’espace, quel mot horrible ! » Ancienne enseignante, Michèle Miant est en colère. Dans sa ville du Mans, elle a dénombré plus de 1 500 arbres coupés sous le règne de l’ancien maire, surnommé « Sénateur Sécateur ». Tilleuls, marronniers, ginkgos biloba… « Toutes les raisons sont bonnes pour couper les grands arbres. On méprise le temps ; ils ont mis un siècle à pousser », dénonce cette ancienne zadiste qui a fondé une association locale.

À force de pétitions et de tapage, elle et ses acolytes ont sauvé quelques arbres : des aulnes et des saules qui auraient dû laisser place à un parking ; les fruitiers et érables d’un parc convoité par Bouygues… « Voir tomber les arbres, c’est une douleur viscérale. On est relié à eux physiquement, par la sensibilité, par l’imaginaire aussi », observe la militante. Dernier fait d’armes : arrêter les bulldozers qui menaçaient un immense cèdre du Liban. « Il est condamné, il y a des cratères autour de ses racines, soupire Michèle Miant. Mais il symbolise tout ce qui est sacrifié. »

Des dizaines d’initiatives similaires tentent de protéger les arbres de France. L’association ARBRES offre ainsi un bouclier étonnant aux plus beaux spécimens : le label « Arbre remarquable de France ». « Je pensais qu’en deux ou trois ans on aurait fait le tour, sourit l’un des fondateurs, Georges Feterman. Mais vingt-cinq ans plus tard nous avons atteint les six cents, et on continue de nous en signaler. »

La première conséquence, c’est de créer de la convivialité : lorsqu’un arbre signalé mérite le label, une petite cérémonie officialise la protection de l’arbre, puis militants et locaux trinquent à la santé du monde végétal. « C’est incroyablement rassembleur, un arbre. C’est historique, voire préhistorique ! » note Georges Feterman. Ces géants remarquables vont ensuite attirer un peu de tourisme, à l’instar d’un lavoir ou d’une jolie place. Le cérémonial permet surtout de mettre la pression sur les décideurs locaux. Le président de l’association est ainsi allé protester contre l’abattage prévu de 430 arbres dans un cimetière de Boulogne, en banlieue parisienne.

Vous avez aimé ? Partagez-le !