Le samedi 23 septembre 2017, Sandrine Bouchait prend son petit-déjeuner, jetant un œil distrait sur son téléphone quand surgit la notification d’un message. Un inconnu lui demande de l’appeler au plus vite. Il se présente comme un proche du conjoint de sa petite sœur, Ghylaine. Cette nuit, il y a eu un incendie, l’alerte-t-il, au domicile du couple : Ghylaine est hospitalisée, ainsi que sa fille, Cloé, âgée de 7 ans. Sandrine Bouchait pense à un accident et téléphone aussitôt au commissariat, qui la redirige vers la police judiciaire. Une heure après, auditionnée dans leurs locaux, l’aînée comprend que, non, sa sœur ne dormait pas pendant l’incendie, comme elle se l’imaginait, mais que son conjoint l’a immolée. En ressortant du poste, la quadragénaire se souvient de cette sensation de « ciel qui tombe sur la tête ». C’est la solitude qui la submerge.

Sandrine Bouchait est l’aînée d’une fratrie très soudée de quatre enfants. Ghylaine est la petite dernière, celle que tous les autres aimaient « chouchouter », se remémore-t-elle, lors de notre rencontre, fin février, à Boulogne-Billancourt, en lisi

Vous avez aimé ? Partagez-le !