Les priorités du système scolaire français ont-elles évolué depuis Jules Ferry ?

Oui, on observe une évolution notable depuis le XIXe siècle. À l’époque, l’objectif était déjà de transmettre des connaissances et un savoir, mais ces derniers étaient rigoureusement adaptés en fonction du type d’école. Dans le système éducatif de Jules Ferry, il existait deux réseaux avec des missions bien différentes. Le premier, destiné aux enfants du peuple, s’appelait le « primaire ». Il s’arrêtait à ce qui correspond aujourd’hui aux premières classes du collège. Son objectif était de faire rapidement sortir les élèves du système scolaire : on ne les préparait qu’aux métiers les plus bas sur l’échelle sociale. Le second, réservé à l’élite, s’appelait le « lycée » et commençait à l’équivalent du CP. Son but était de mener à l’université.

À quel moment ces objectifs ont-ils été abandonnés ?

La Première Guerre mondiale, marquée par un brassage social important, change la vision de l’école. Le mouvement des Compagnons de l’université nouvelle estime que le mélange des classes qui s’est opéré dans les tranchées doit aussi se poursuivre à l’école. Ensuite, après la Seconde Guerre mondiale, de grandes enquêtes empiriques viennent démontrer l’existence d’un lien entre le destin scolaire des élèves et la catégorie socioprofessionnelle de leurs parents. On commence à mesurer le déterminisme social.

Mais les priorités de l’école changent véritablement dans les années 1960. La mondialisation oblige la France à se doter d’un «&nbs

Vous avez aimé ? Partagez-le !