Pendant deux siècles, le français a été la langue de la diplomatie internationale. Cela tenait à sa clarté et à sa précision, mais surtout à des raisons démographiques, économiques et religieuses. Paradoxalement, c’est à Paris, en 1919, que cette hégémonie a pris fin, lors de la Conférence de la paix : en présence du président des États-Unis Woodrow Wilson, la langue de Molière s

Vous avez aimé ? Partagez-le !