De quoi parle-t-on quand on parle de violences ? On ne peut pas mettre sur le même plan les destructions matérielles et les violences corporelles. Dans la loi comme dans le vocabulaire médical, la violence implique des atteintes physiques et, dans le cas des violences les plus graves, le risque de décès ou de blessures irréversibles.

À la fin du XIXe siècle, la France a fait partie des pays pour lesquels la démocratie impliquait que le gouvernement ne puisse plus tuer ses citoyens. Pendant plus d’un siècle, on a ainsi mis en place des pratiques pour respecter cet objectif, et notamment la mise à distance des manifestants et des forces de l’ordre. Au tournant du XXIe siècle, certains pays se sont fixé de nouveaux buts : la désescalade et l’absence de mutilati

Vous avez aimé ? Partagez-le !