Philip Roth était-il à lui seul un Complot contre l’Amérique ? Oui, assurément, si on accepte que la littérature soit ce cocktail explosif de mots qui vous saute à la figure et fait trembler tout un pays et ses élites bien-pensantes en même temps que les lignes de la page. La bêtise à front bas, les hypocrisies sociales, le politiquement correct, le rêve américain qu’il retournait comme un gant pour en révéler chaque déchirure : l’œuvre romanesque de Philip Roth peut être lue comme une entreprise politique, à condition, comme nous le dit F

Vous avez aimé ? Partagez-le !