Liberté, sécurité, brutalités

Liberté, sécurité, brutalités

Sommaire

On peut convenir que, dans un contexte inédit où se cumulent les risques liés à une pandémie tenace et les sursauts aveugles d’un terrorisme islamiste toujours dangereux, les libertés soient « atténuées ». Pour autant, l’effet d’accumulation se fait sentir. Qui sème le doute sur le caractère justifié des restrictions à nos libertés au nom d’un intérêt supérieur. Ce d’autant plus que des images sont venues percuter le vote contesté de la proposition de loi Sécurité globale. Celles du producteur noir Michel Zecler roué de coups par des policiers hors-la-loi. Mais aussi celles de l’évacuation violente des migrants installés place de la République, menée à la demande des autorités.

N° 326 09 Décembre 2020

Réflexes autoritaires

Les enfants de la République

Hans Magnus Enzensberger - A l'aveuglette

L’autorité et La métaphore du père

« Les risques de dérive autoritaire sont faibles »

« Notre démocratie est malade, notamment parce qu’elle n’est pas représentative, mais aussi parce que les contre-pouvoirs ne remplissent pas leur fonction. Je suis d’ailleurs beaucoup plus critique sur leurs dysfonctionnements qu’inquiet d’une dérive liberticide. » Aux yeux de l’avocat et profess…

[Abus]

NOS libertés sont-elles menacées par un pouvoir qui abuserait de son pouvoir ? Ce n’est pas seulement une question d’actualité : elle se pose en permanence, quel que soit le…

La liberté combinée à la servitude

On a trop tendance à définir les libertés en termes institutionnels. La nature démocratique du régime, le respect de l’État de droit, le…

L’édito du 1

Réflexes autoritaires

Éric Fottorino

L’abus serait-il devenu l’habit de tous les jours du pouvoir ? Une mauvaise habitude rendue nécessaire par la dureté des temps ? Pour vérifier tristement que tout pouvoir porte en lui l’excès comme la nuée l’orage, paraphrase de Jaurès à propos du capitalisme toujours gros de la guerre. Il est des i…

Lire l'article
Manifestation contre la loi Sécurité globale, 28 novembre 2020, place de la République à Paris © Mehdi Chebil / Hans Lucas

article offert