Peut-on encore débattre ?

Peut-on encore débattre ?

Sommaire

Débattre sans se battre : une vraie gageure, à l’heure des réseaux et des polémiques médiatiques qui les nourrissent. Cancel culture, « appropriation culturelle », politiquement correct, clash, menaces et anonymat, autant de spectres qui agitent un débat public éruptif et miné. Peut-on encore parler, avec qui, et dans quelles conditions ? Ce numéro du 1 se penche sur une question au cœur de la vie démocratique du pays, et la réponse ne va pas de soi. Plus que jamais, cette semaine, une question, plusieurs regards.

Disputatio

L’art d’avoir toujours raison

Georges Brassens - Mourir pour des idées

Entre menaces, tensions et réinvention

« Aujourd’hui, l’exigence de censure vient de la société »

« Dans l’histoire de l’humanité la culture de la guerre est la règle, la culture du débat, l’exception », affirme l’historien, qui retrace l’émergence de cette dernière, au fil du développement du protestantisme, puis des révolutions qui ont marqué l’Occident entre le XVIIe et le XVIII…

[Noms d’oiseau]

Débattre signifiait à l’origine « battre fortement » : on débattait le lait pour en extraire le beurre. Le verbe s’est un peu adouci en prenant le sens figuré de « discuter vivement », tandis que le substantif se polissait en étant accolé à une autre activité : conférence-d…

Dépolitisés et engagés

Plantée devant sa webcam, Mariama Seidi, 20 ans, tient son journal intime de confinement. « Avec le Covid-19, tout est devenu plus visible », commente la jeune femme, sa chambre en toile de fond. Elle expose son regard sur l’école et son besoin de réforme, sur les inégalité…

L’édito du 1

<i>Disputatio</i>

Éric Fottorino

Peut-on encore débattre, comment et avec qui, sans que le désaccord soit une forme de mise à mort symbolique ? La question, ou plutôt la réponse, ne va pas de soi, tant le débat semble partout éruptif et miné, entaché de violences verbales, sinon physiques, de chasses en meute pour dénigrer quiconqu…

Lire l'article
Georges Wolinski et Cabu dans les locaux de Charlie Hebdo, Paris, 23 mai 2012 © Patrick FOUQUE / PARISMATCH / SCOOP

article offert