Contrepied

Réflexions sur « l’État profond »

L’attentat qui a coûté la vie à plus de cent manifestants pro-paix, le 10 octobre à Ankara, témoigne d’une dégradation dramatique du climat politique turc. Faute de revendication, les autorités ont avancé une liste de suspects très large – Daech, le PKK, l’extrême gauche –, qui évacue en même temps la question de leur propre responsabilité. Il n’en fallait pas plus pour que les théories conspirationnistes se réveillent dans un pays traumatisé par la reprise des affrontements entre l’État et les Kurdes. L’opposition et certains observateurs ont ainsi posé l’hypothèse d’un nouveau signe envoyé par « l’État profond » (Derin Devlet). 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Turquie, le grand bazar
Cet article est tiré du numéro Turquie, le grand bazar
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE