Du « brevet de bourgeoisie » à 80 % d’une classe d’âge

Le baccalauréat institué en 1808 par Napoléon Ier a la singularité de posséder la double nature de sanction des études secondaires et de passeport pour l’entrée à l’université. Au tout début, il n’y a dans les jurys que des universitaires. Peu à peu, des professeurs du secondaire leur sont adjoints. Finalement, depuis au moins un demi-siècle, les jurys sont composés uniquement de professeurs du secondaire et présidés par un seul universitaire.

Pendant longtemps, le baccalauréat n’est à la portée que d’une toute petite élite sociale. Moins de 1 % d’une classe d’âge tout au long du XIXe siècle, à peine 3 % à la fin de la IIIe République. Dans un essai publié en 1925, La Barrière et le Niveau : étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Edmond Goblot considère qu’une certaine « distinction » de classe est instituée par le baccalauréat, qui est un « brevet de bourgeoisie ». C’est sans doute dans cette distinction que l’on peut trouver l’origine de sa forte valeur symbolique en France.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ailleurs, ça se passe comme ça L’Italie et le grand oralManon Paulic
Le BAC selon Blanquer
Cet article est tiré du numéro Le BAC selon Blanquer
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE