Le baccalauréat institué en 1808 par Napoléon Ier a la singularité de posséder la double nature de sanction des études secondaires et de passeport pour l’entrée à l’université. Au tout début, il n’y a dans les jurys que des universitaires. Peu à peu, des professeurs du secondaire leur sont adjoints. Finalement, depuis au moins un demi-siècle, les jurys sont composés uniquement de professeurs du secondaire et présidés par un seul universitaire.

Pendant longtemps, le baccalauréat n’est à la portée que d’une toute petite élite sociale. Moins de 1 % d’une classe d’âge tout au long du XIXe siècle, à peine 3 % à la fin de la IIIe République. Dans un essai publié en 1925, La Barrière et le Niveau : étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Edmond Goblot considère qu’une certaine « distinction » de classe est instituée par le baccalauréat, qui est un « brevet de bourgeoisie ». C’est sans doute dans cette distinction que l’on peut trouver l’origine de sa forte valeur symbolique en France.

Dans les premières années qui suivent la création du baccalauréat, l’examen est uniquement oral. En 1830, une circulaire ministérielle prend prétext

Vous avez aimé ? Partagez-le !