Grand entretien

« La gauche du XXIe siècle sera anticapitaliste »

Comment qualifieriez-vous la situation de la gauche en France aujourd’hui ? 

En France et ailleurs, la situation de la gauche est mauvaise mais pas désespérée. Plusieurs signes indiquent que quelque chose est en train de bouger, un processus moléculaire qui n’a pas encore connu de moment de coagulation. La France participe à un ensemble de dynamiques qui traversent la gauche en Europe et aux États-Unis.

Vous récusez l’idée que la gauche est morte ?

La gauche n’est pas morte, mais elle n’a pas encore réussi à surmonter les défaites du XXe siècle, dont elle a hérité des modèles qui ne sont plus opérationnels. J’en mentionnerai quatre. D’abord la gauche comme force révolutionnaire, incarnée par le communisme, qui concevait la prise du pouvoir en termes quasi militaires. Puis le communisme comme système de pouvoir – le socialisme réel – qui s’est effondré à la fin des années 1980. On paie encore le prix de cet héritage si lourd à porter, car c’est l’idée même d’une autre société qui a été discréditée.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment faire renaître la gauche ?
Cet article est tiré du numéro Comment faire renaître la gauche ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE