J’ignorais tout de l’existence de travailleurs derrière l’intelligence artificielle avant de me lancer dans ce documentaire. Je croisais des livreurs et des chauffeurs dans la rue, bien sûr, mais je ne me doutais pas que, derrière les applications les plus intuitives, pouvaient se cacher de petites mains invisibles chargées d’entraîner des programmes que nous utilisons tous les jours – Spotify, Google, Siri ou Amazon. Je ne pensais pas que la sophistication qu’on nous vendait dissimulait en réalité des conditions de travail proches de celles du XIXe siècle. 

Il est très difficile pour un journaliste ou pour un chercheur de rencontrer ces « microtravailleurs ». Il n’y a pas de regroupement géographique, pas d’usine en bas de laquelle on pourrait les attendre, pas d’instance représentative qui pourrait les fédérer. Ce sont des gens isolés et généralement très méfiants. Il faut les comprendre : ils passent leur journée entière devant leur écran, bien souvent sous de faux comptes et de fausses identités créés à la demande de certains employeurs. Ce sont donc les mieux placés pour savoir q

Vous avez aimé ? Partagez-le !