Qu’est-ce que le « capitalisme de plateforme » ?

L’expression désigne le système économique qui repose sur l’innovation technique que représentent les plateformes numériques, et qui cherche à tirer profit de travailleurs souvent faussement à leur compte. La plateforme est une interface numérique entre des usagers et des personnes qui offrent des biens ou des services, en tant qu’indépendants. Plutôt que de salarier des employés, les entreprises se présentent ainsi comme de simples intermédiaires. On insiste souvent sur la dimension innovante de ces plateformes, mais elle me paraît exagérée : Uber n’apporte pas un service nouveau, il permet simplement de réserver une voiture en cliquant sur un bouton plutôt qu’en passant un appel. En revanche, c’est bien dans le mode d’organisation du travail que la plateforme innove. On parle de « capitalisme de plateforme » pour bien le distinguer de l’économie collaborative. Uber, pour reprendre cet exemple, s’est souvent revendiqué de cette dernière, mais la structure de profit d’Uber n’est pas celle d’une plateforme de covoiturage ! Nous ne sommes ni dans l’économie solidaire ni dans l’économie collaborative ; nous parlons d’entreprises aux structures de profit hyperpyramidales. Rappelons que le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, est aujourd’hui la plus grande fortune mondiale. Enfin, on pourrait aussi parler de capitalisme financier, tant on peine à saisir la logique économique de ces plateformes. Uber affiche en permanence des pertes dans la presse, mais réalise des levées de fonds considérables sur les marchés financiers.

Qui sont les travailleurs de ces plateformes ?

Les profils sont différents selon le type de plateformes et les pays étudiés, mais ce sont globalement des travailleurs peu, voire très peu rémunérés. Une petite poignée sont de confortables cumulants, comme les propriétaires louant des logements sur Airbnb. Un second groupe est composé de multiactifs, plus ou moins précaires – c’est le cas de la plupart des microtravailleurs, qui gagnent des sommes dérisoires, ou des chefs à domicile. Enfin, pour un troisième groupe, le travail effectué via les plateformes es

Vous avez aimé ? Partagez-le !