Dans la diaspora chinoise de France, les Chinois établis à La Réunion constituent une communauté pionnière et singulière. Dans cette île profondément multiculturelle, ceux que l’on appelle en créole les Sinoi ont trouvé une place originale et représentent un pilier de la société créole, tant du point de vue économique que sur le plan culturel.

Pionniers, les Chinois de La Réunion le sont avant tout par l’ancienneté de leur établissement dans cette île de l’archipel des Mascareignes. Si quelques Chinois sont déjà présents au XVIIIe siècle sur l’île Bourbon, comme on l’appelle alors, il faut attendre le milieu du XIXe siècle et les besoins en main-d’œuvre de l’industrie sucrière pour voir apparaître une vraie immigration organisée. Celle-ci s’établit dans l’île quelques années avant 1848 et l’abolition de l’esclavage à La Réunion. C’est au moment où l’arrivée des travailleurs indiens « engagés » fléchit et atteint son plus bas niveau que l’on pense à faire appel aux Chinois. Le recours à la main-d’œuvre étrang&egra

Vous avez aimé ? Partagez-le !