J’enseigne depuis une dizaine d’années dans mon lycée une méthodologie de pensée critique sous la forme d’ateliers d’autodéfense intellectuelle. L’idée de lutter contre le conspirationnisme n’est pas venue la première année mais la deuxième, après que j’ai été confrontée à un élève qui croyait dur comme fer que les attentats du 11 Septembre étaient un gigantesque complot orchestré par le gouvernement américain, la CIA et le Mossad. Je n’ai pas su quoi dire. Il avançait argument sur argument, et je ne maîtrisais pas le sujet. Il est reparti avec ses croyances renforcées et moi avec un sentiment d’échec.

Les autres élèves avaient eu l’air d’écouter ce qu’il disait avec un intérêt tout relatif. J’ai donc commencé à m’intéresser à ces théories et à ce qu’on appelle maintenant la mentalité complotiste. C’est donc presque par hasard, et pas parce que j’étais plus clairvoyante que les autres, que j’ai fait partie des enseignants « pionniers » en la ma

Vous avez aimé ? Partagez-le !