L’idée d’un complot mondial animé par les Juifs et les francs-maçons, apparu après la Révolution française, est-elle la première théorie complotiste de l’époque contemporaine ?

C’est en tout cas le premier mythe complotiste mondialisé. Avec Les Protocoles des Sages de Sion, ce faux vraisemblablement fabriqué par les services secrets tsaristes et traduit dans toutes les langues, on atteint réellement une diffusion planétaire. Et quand bien même la preuve définitive de son inauthenticité a été apportée en 1921, son succès ne se dément pas. Après la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, alors qu’il était devenu compliqué de se déclarer ouvertement antisémite, cette théorie a muté. Le thème du « complot sioniste », largement alimenté par les Soviétiques, a pris le relais. Environ un Français sur cinq approuve aujourd’hui l’idée qu’« il existe un complot sioniste à l’échelle mondiale ».

Quelles sont les autres grandes théories du complot au XXe siècle et comment sont-elles nées ?

Il n’en existe pas avec une telle puissance d’évocation. En revanche, on observe la circulation d’une myriade de théories du complot qui s’accrochent à des faits d’actualité. Cela va de l’assassinat du président Kennedy au Covid-19, prétendument fabriqué en laboratoire, en passant par les attentats du 11 Septembre et le réchauffement climatique. À chaque fois, plusieurs ingrédients sont nécessaires pour que la mayonnaise complotiste prenne : un événement marquant qui puisse être instrumentalisé politiquement ; la désignation d’un « principe maléfique » – la CIA, les Rothschild ou « le Nouvel Ordre mondial » ; des coïncidences troublantes et des zones d’ombre qui peuvent être montées en épingle ; enfin, un mythe complotiste préexistant qui puisse accueillir cette nouvelle théorie du complot, s’en nourrir et l’alimenter en retour.

Vous avez aimé ? Partagez-le !