Les 7 vies de Robert Badinter

Les 7 vies de Robert Badinter

Sommaire

Par une singulière coïncidence des calendriers, c’est au moment où s’ouvre le procès des auteurs des attentats terroristes du 13-Novembre qu’on va commémorer les quarante ans de l’abolition de la peine de mort. Ce tournant de notre histoire judiciaire restera associé au nom de Robert Badinter qui, dix ans durant, a consacré toute son énergie au service de cette cause. Un combat acharné, loin d’être gagné d’avance, qu’il a mené d’abord en tant qu’avocat, puis comme ministre de la Justice du président Mitterrand. La suppression de la peine de mort n’est néanmoins pas le seul legs de l’ancien garde des Sceaux à la justice et à la société. Ce numéro du 1 revient sur la biographie de cet homme passionné et engagé qui très jeune dut faire face aux meurtrissures de l’histoire.

N° 364 15 Septembre 2021

Pour l’histoire

Aucun ne sera lui...

Victor Hugo - L’échafaud

Curriculum vitæ

« La justice qui tue n’est pas la justice »

« Disons-le, il y a un lien singulier, historique entre la guillotine et l’inconscient des Français. Si les Français aimaient autant la littérature qu’ils se plaisent à le dire, ils auraient aboli après avoir lu Hugo et Camus. » L’ancien garde des Sceaux a bien voulu revenir pour nous sur le comb…

[Louisette]

SI ROBERT BADINTER est associé à l’abolition de la peine capitale, la guillotine doit son nom, comme chacun sait, au Dr Guillotin. Loin d’être un barbare, ce médecin et député constitutionnel avait fait adopter au lendemain de la Révolution une réforme qui se voulait à la fois égalitai…

Une force qui va

« “Honneur de la gauche” il était ; “honneur de la -République” il devient. Son nom ne suscite plus guère la critique. Tapis rouge. » Comment le jeune Robert, ce fils d’immigrés juifs originaires de Bessarabie qui n’aurait jamais imaginé qu’il se tournerait vers la profession d’avocat, est-il dev…

L’édito du 1

Pour l’histoire

Éric Fottorino

Le 28 novembre 1972, peu après 5 heures du matin, un homme longe le mur extérieur de la prison de la Santé. Quelques minutes plus tôt, il a serré les dents en voyant la guillotine s’abattre coup sur coup sur Claude Buffet, qui avait tué une infirmière et un gardien pris en otage, et Roger Bontems, s…

Lire l'article
Robert Badinter entrant au palais de justice de Troyes durant le procès de Patrick Henry, 18 janvier 1977 © AFP

article offert