Ce virus qui change le monde

Ce virus qui change le monde

Sommaire

Nous pensions que nos richesses – notre niveau de développement – nous protégeaient d’un tel fléau. Pourtant nul ne devrait relâcher sa vigilance et se croire à l’abri. Bien avant l’allocution du président et celle du Premier ministre, les écrivains Edgar Allan Poe et Jack London – dont ce numéro propose des extraits – nous lançaient cet avertissement, qui résonne avec une force nouvelle en notre époque d’interconnexion généralisée. Le Covid-19, qui bouleverse notre quotidien, risque bien de profondément transformer nos sociétés. Il nous pousse en tout cas à nous interroger sur la structuration actuelle de la mondialisation. L’éclairage du 1.

N° 288 18 Mars 2020

Le monde aux temps du corona

Le masque de la mort rouge

Al Mutanabbi - Je languis

Un siècle de pandémies

« Cette crise favorisera un acte II de la mondialisation »

L’épidémie de coronavirus est-elle une maladie de la mondialisation ?

Il faut se garder de toute simplification. La mondialisation est un processus extrêmement complexe, on ne peut donc…

[Appellations]

Jadis, les épidémies s’appelaient peste ou choléra. Nous avons droit aujourd’hui au coronavirus Covid-19. L’affaire n’étant pas assez cauchemardesque, il fallait sans doute lui donner un nom à dormir …

Communiquer et informer

Entrer en contact physique avec le cadavre d’un malade n’aurait aucune incidence sur la santé des vivants. Voici l’une des nombreuses fausses rumeurs qui ont circulé en République démocratique du Congo lors de la dernière…

La page 3 du 1 de cette semaine :

Le masque de la mort rouge

Edgar Allan Poe

La Mort rouge avait pendant longtemps dépeuplé la contrée. Jamais peste ne fut si fatale, si horrible. Son avatar, c’était le sang, – la rougeur et la hideur du sang. C’étaient des douleurs aiguës, un vertige soudain, et puis un suinteme…

Lire l'article

article offert