Récit

Elle s’appelle Calais

Je suis donc parti m’installer à Londres, comme un demi-million d’autres Français. L’Eurostar a sans doute traversé Calais à un moment mais je ne m’en suis pas aperçu. J’ai passé le trajet au bar, à boire des bières blondes, à la manière des Anglais. On se doit de respecter la culture et les valeurs d’un pays.

J’ai payé mon loyer d’avance et personne ne s’est plaint quand j’ai emménagé dans mon appartement à Clapham. Peut-être que si vous êtes blanc et que votre parcours migratoire est suffisamment pathétique (du IXe arrondissement, où tout vous rappelle votre ex-femme, jusqu’à ce Paris miniature qui ne vous aide pas à oublier), alors personne ne vous accuse de ne pas être un authentique réfugié, ou de faire ça uniquement dans l’optique d’une vie meilleure.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Calais, une  honte française
Cet article est tiré du numéro Calais, une honte française
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE