Grand entretien

« Le pétrole, c’est fait pour être vendu. On ne peut pas le boire ! »

Entretien

Comment s’explique la chute spectaculaire des prix du pétrole sous les 50 dollars le baril, alors qu’ils semblaient stabilisés depuis quelques années à un niveau élevé, compris entre 100 et 120 dollars ?

Cette chute, qui s’est accentuée entre l’été et la fin 2014, ne correspond pas à une augmentation de l’offre ou à une baisse de la demande pendant les six derniers mois. Elle résulte de phénomènes qui se sont cumulés au cours des années précédentes et que le marché n’avait pas reconnus. Il est difficile de percevoir les changements de la situation réelle. On dispose de très peu d’informations sur le physique, ce qu’on appelle les fondamentaux. On ne sait jamais le volume de pétrole réel­lement produit, ni combien on en exporte. Le marché du pétrole manque de transparence, pour des raisons volontaires ou faute de sources fiables.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le mot de... BarilRobert Solé
Pétrole : le grand bluff
Cet article est tiré du numéro Pétrole : le grand bluff
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE