Si Alain Juppé accède à l’Élysée en mai prochain, il intégrera l’un des clubs les plus exclusifs de l’histoire de la République, celui des présidents septuagénaires au moment de leur élection : 72 ans, comme René Coty ou Jules Grévy, et tout juste coiffé au poteau par Adolphe Thiers et Paul Doumer, élus à l’âge de 74 ans. Doyen des présidents de la Ve République en début de mandat, il dépasserait assez largement François Mitterrand, 65 ans en 1981, et même le général de Gaulle, 68 ans en 1958. On voit déjà le lecteur lever les yeux au ciel devant un tel exposé, face auquel les réponses ne manquent pas. Après tout, si la valeur n’attend pas le nombre des années, pourquoi à l’inverse disqualifier par principe les sages dont l’expérience sera utile en temps de crise ? Et puis l’intéressé ne s’accrochera pas au pouvoir, concentré sur la réussite de sa mission le temps d’un mandat unique, comme il l’a lui-même souligné. On lui concédera également qu’un homme de 72 ans en 2017 est plus en forme que Jules Grévy au moment de son &ea

Vous avez aimé ? Partagez-le !