Dans quel contexte la pilule contraceptive a-t-elle été créée ?

La pilule est née dans les années 1950 aux États-Unis, sous l’impulsion de Margaret Sanger. Cette philanthrope, également féministe, voulait développer des méthodes contraceptives. Elle s’est associée à des financeurs et des scientifiques, dont Gregory Pincus, un biologiste qui étudiait la physiologie de la reproduction. Pincus est parti du constat suivant : une femme enceinte est noyée par les hormones fabriquées par son embryon et par elle-même. Son hypophyse perçoit ce niveau d’hormones très élevé et par conséquent ne déclenche plus l’ovulation. Il a alors eu l’idée de donner une dose d’hormones progestatives et œstrogéniques constante aux femmes pour empêcher une grossesse [les œstrogènes sont les hormones naturelles qui régulent le cycle menstruelle de la femme ; la progestérone est, elle, l’hormone féminine qui sert à préparer l’uterus pour une grossesse]. Les premiers tests ont été réalisés à Porto Rico.

Pourquoi à Porto Rico ?

L’île de Porto Rico était un territoire appartenant aux États-Unis, mais semblable aux pays en développement, avec une natalité effroyable. Les femmes ne voulaient plus être enceintes constamment et se portaient volontaires. Ces tests poseraient de réels problèmes éthiques aujourd’hui car ils étaient réalisés directement sur l’être humain. Et à l’époque, les effets secondaires pouvaient être dramatiques. C’est au cours de ces tests que Pincus a pu prouver que l’administration d’hormones en continu avait un effet contraceptif. Il s’est aussi rendu compte que la pilule provoquait des symptômes de grossesse comme la nausée, les seins qui gonflent, la prise de poids et la baisse de libido, et que plus la dose était importante, plus les symptômes étaient forts. C’est pour cette raison que l’on a réduit les doses un peu plus tard. 

Le contrôle des naissances procède-t-il de la mise sur

Vous avez aimé ? Partagez-le !