Connaissez-vous L’Homme au turban rouge, le premier autoportrait réalisé par Jan Van Eyck en 1433 ? L’artiste s’y peint légèrement de biais, cachant, qui sait, une cicatrice monstrueuse ou un grain de beauté disgracieux. À l’ère du selfie où chacun est devenu le peintre de soi-même, Facebook a recours au même procédé. Pour offrir à son utilisateur la liberté de se présenter toujours à son avantage, il lui donne l’occasion de se montrer non tel qu’il est, mais tel qu’il voudrait être, c’est-à-dire sous son meilleur « profil ». En substituant le fantasme à l’authenticité, le Livre du Visage propose à chacun de devenir l’auteur d’u

Vous avez aimé ? Partagez-le !