C’est une impression mélangée de joie, d’irréalité, mais aussi d’inquiétude – il ne faut pas le cacher –, que nous donne ce chiffre 300 imprimé sur la une de ce nouveau numéro du 1. Évacuons l’inquiétude, elle relève des aléas de la distribution de la presse écrite en France depuis la mise en redressement judiciaire de la société Presstalis. Les recettes de nos publications – le 1, mais aussi America et Zadig – sont bloquées pour un montant supérieur à 930 000 e

Vous avez aimé ? Partagez-le !