L’Union européenne est-elle en danger ?

Certainement. L’Union est en danger non seulement à cause du référendum britannique, mais parce qu’il n’y a plus d’esprit européen et plus d’initiative depuis de longues années. Elle a été secouée par la crise économique, qui n’est pas née, comme vous le savez, en Europe mais aux États-Unis. Si nous avons aujourd’hui à peu près sécurisé la zone euro, nous n’avons toujours pas d’union économique, ce qui pourtant était prévu au départ. Nous nous sommes arrêtés au milieu du gué, comme nous l’avons fait avec Schengen. Donc, bien sûr, l’Union européenne est en danger. Avant même le référendum britannique, nous étions engagés dans un processus d’effilochage, de dislocation, voire de désintégration. Le référendum n’arrange rien. Quel que soit le résultat, une initiative forte est nécessaire.

Quel type d’initiative ?

Dans l’idéal, une initiative franco-allemande. Un sursaut politique est indispensable. Il y a une forte attente vis-à-vis de la France. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker l’a encore dit il y a quelques jours. Si le couple franco-allemand s’entend, personne ne peut s’y opposer. Autrement, l’Union européenne continuera à s’embourber dans des agendas incompréhensibles qui rendront l’Union encore plus illisible pour les citoyens. 

Quand vous parlez du couple franco-allemand, pensez-vous à François Hollande et à Angela Merkel ?

Oui. Ils ont une bonne relation personnelle. Quand Hollande et Merkel parlent ensemble, cela porte. Voyez les accords de Minsk. La France a un siège au Conseil de sécurit

Vous avez aimé ? Partagez-le !