Qu’est-ce qui caractérise la vieillesse en France ? 

La vieillesse est une construction sociale généralement définie par le statut de retraité. C’est lui qui délimite cette période de la vie et lui donne des contours. Au sein même de la vieillesse, il existe une variété de profils qui tend à s’étirer au fur et à mesure que la vie s’allonge. La perte d’autonomie constitue donc un autre marqueur. En 2016, on comptait en France 12,5 millions de personnes âgées de 65 ans et plus, et 6,2 millions de 75 ans et plus, soit respectivement 18,8 % et 9,4 % de la population française. Notons que, depuis une quinzaine d’années, a émergé une définition plus marketing de la vieillesse, directement liée à la solvabilité des personnes. Cette catégorie, les « seniors », regroupe les jeunes retraités en mesure de consommer. 

Sommes-nous tous égaux face à la vieillesse ? 

Il existe de réelles fractures sociales et territoriales parmi les personnes âgées. La première est générationnelle : les plus de 85 ans sont moins riches, ont connu la guerre et des conditions de travail plus rudes, comparativement aux nouveaux retraités. La deuxième est une inégalité de sexe : d’un côté, les femmes ont perçu un revenu moindre ; de l’autre, les hommes meurent plus prématurément. Une troisième inégalité – la principale et la plus refoulée à mon sens – repose sur l’origine sociale : les classes populaires meurent plus vite, sont plus pauvres et ont tendance à souffrir davantage d’isolement. Ce qui nous mène à une autre fracture, territoriale cette fois : les plus grandes inégalités – en matière de revenu, de patrimoi

Vous avez aimé ? Partagez-le !