L’idée d’une VIe République ne me semble pas très heureuse, et même à la limite du ridicule, si l’on considère que depuis 1791, date de la première, la France a déjà connu une quinzaine de Constitutions. Il en faudrait donc une seizième ! Et pourquoi s’arrêter là ? C’est une manie bien française que de vouloir refaire le monde sur une feuille blanche. 

Si les républiques françaises ont été numérotées, c’est parce qu’elles sont nées et mortes dans la violence : la guerre, le coup d’État, la révolution, la guerre civile, tel est le contexte. La Ire est sortie casquée de la guerre européenne et de la trahison du roi en 1792 ; elle s’est effondrée sept ans plus tard sous le coup d’État du 18 Brumaire perpétré par Napoléon Bonaparte. La IIe République est née d’une révolution, celle de février 1848 ; elle a été détruite par le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte, le neveu, le 2 décembre 1851. La IIIe République est fille de la guerre franco-prussienne et de la défaite de Napoléon III ; elle est morte de la Seconde Guerre mondiale, après la défaite des armées françaises et le hara-kiri des parlementaires présents à Vichy le 10 juillet 1940. La IVe République est le produit du même conflit international, après quatre ans d’Occupation ; elle est morte d’une autre guerre, la guerre d’Algérie, d’où est sortie la Ve.

Notre Constitution actuelle date d’il y a près de soixante ans. Elle a été

Vous avez aimé ? Partagez-le !