Disons d’abord que je ne suis pas, dans toute cette affaire, d’une équanimité d’esprit parfaite. Il m’est arrivé de donner des notules à la Revue des deux mondes, qui devaient être rémunérées, quand elles l’étaient, autour de 100 euros. Au rythme d’une parution annuelle, Mme Fillon en a tiré 50 000 euros. Non seulement je suis jaloux de son talent, apprécié sans doute à sa juste valeur, mais j’en conçois, par un ressentiment de type ouvriériste, une certaine amertume. On voit parfois, lors d’une fermeture d’usine, des syndicalistes désespérés s’en prendre aux actionnaires qui se goinfrent sur leur dos. Je suis désormais un membre du lumpen littéraire qui pourrait lever le poing devant un château sarthois. 

On appréciera d’autant plus l’attitude digne de l’auteur de ces lignes qui, s’élevant au-dessus de la guerre des piges, enfile avec sérénité sa veste forestière pour arpenter les paysages des ères géologiques. Jurassique ou crétacé ? Il me semble plutôt, du côté du Mans, que nous sommes en présence de sp&eacu

Vous avez aimé ? Partagez-le !