Témoignage

Les vœux, c’est de la fumée

Cela fait longtemps que j’ai cessé d’adresser mes vœux à mes amis à l’occasion de la nouvelle année. Ce n’est pas un manque de civilité, c’est un excès de prudence. À ceux que j’aime, je n’attends pas une telle occasion pour dire que je les aime. C’est tous les jours que je pense à eux et que je m’inquiète pour leur vie. C’est tous les jours qu’il faut tendre la main et le cœur à l’être aimé. C’est tout le temps qu’il faut songer à être présent quand ceux qu’on aime ont besoin de vous. En amour comme en amitié, il faut éviter les clichés (le pire, ce sont les vœux du président de la République), faire en sorte que la relation ne devienne platonique, encombrée de paroles et de mots qui tombent comme des feuilles d’automne, donner sans rien attendre en retour (donner, c’est recevoir), être là dans la gratuité absolue et dans l’amour simple parce que vrai. A-t-on besoin pour cela d’arracher un arbre et de le décorer d’étoiles en papier brillant ? 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Quels espoirs pour 2015
Cet article est tiré du numéro Quels espoirs pour 2015
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE