La voix du poète

Omar Khayyâm (1048-1131)
« Toi tu bois le sang des hommes »

Les muftis interprètent la loi coranique. Ce sont les gardiens de l’orthodoxie sunnite. Les nouveaux maîtres turcs de l’Iran imposent ce courant de l’islam au xie et xiie siècles. L’intransigeance s’accroît. La secte chiite des Assassins multiplie les attentats. Il faut combattre, par une même violence, leurs commentaires ésotériques des textes sacrés. Omar Khayyâm (1048-1131) est alors célèbre pour son activité scientifique.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Un État sans statistiqueLoup Wolff
L’État islamique mérite-t-il son nom ?
Cet article est tiré du numéro L’État islamique mérite-t-il son nom ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE