La France insoumise est-elle le parti d’un seul homme ?

La France insoumise est tiraillée entre deux tendances contradictoires. D’un côté, un leader charismatique incontournable, qui concentre la majeure partie de l’attention médiatique et n’a pas de compte à rendre aux adhérents puisqu’il n’a pas été élu par eux. Mais, d’un autre côté, la France insoumise n’aurait jamais existé sans les 4 000 groupes d’appui qui parsèment l’Hexagone, les dizaines de milliers de citoyens qui assistèrent aux meetings de campagne et les 400 000 inscrits sur la plateforme jlm2017.fr. Cette tension se manifeste aussi dans le décalage entre la revendication démocratique des Insoumis – qui dénoncent le caractère « monarchique » de la Ve République – et la forte personnalisation de leur organisation. En se présentant à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a d’ailleurs pris le risque de cautionner une institution que pourtant il dénonce.

Comment fonctionnent les Insoumis ?

La France insoumise a été lancée publiquement le 10 février 2016. Juridiquement, il s’agit d’un parti dont les statuts ont été déposés en préfecture mais, politiquement, les responsables rechignent à utiliser ce terme associé, à leurs yeux, à la vieille façon de faire de la politique. Ils préfèrent décrire la France insoumise comme un mouvement composé d’individus qui se reconnaissent dans la démarche de Jean-Luc Mélenchon, dont certains ne sont membres d’aucun parti, tandis que d’autres appartiennent au Parti de gauche, au Parti communiste, à Ensemble ou aux Verts.

Le mouvement est actuellement doté d’une

Vous avez aimé ? Partagez-le !