La dynamique du vote Mélenchon de 2017 était-elle fortement dépendante du contexte très particulier de cette présidentielle ou traduisait-elle une inflexion fondamentale de longue durée du rapport de force à gauche ? Au-delà de la dynamique incontestable de Jean-Luc Mélenchon (7 059 951 voix en 2017 contre 3 984 822 en 2012, soit près du double) et du succès plus relatif de la France insoumise lors des législatives (2 497 622 voix au premier tour, soit 11 % des exprimés et un total de 17 députés élus à l’issue du second tour), sur quelles bases ce mouvement politique peut-il capitaliser en vue des prochaines échéances électorales ? Les perspectives politiques lui permettront-elles d’endosser durablement le rôle de « principal opposant » à Emmanuel Macron ?

La géographie et la sociologie électorales permettent d’avancer quelques réponses. La dynamique élect

Vous avez aimé ? Partagez-le !