Les mots sont un champ de bataille, il ne faut jamais l’oublier. Par temps de guerre, celle-ci fût-elle seulement économique, ils peuvent faire des ravages. On le sait, le terme de mondialisation en est venu, depuis les années 1990, à colorer d’ouverture aux échanges, et presque d’humanisme, une réalité pourtant peu folichonne : l’intégration mondiale des marchés, privilégiant les droits des investisseurs au détriment de ceux des peuples. Les adversaires de cette mondialisation néolibérale, eux, doivent aujourd’hui se contenter d’un néologisme négatif pour désigner leur combat : démondialisation. Un terme qui évoque le repli, la clôture sur soi, la fin de la fête.

Vous avez aimé ? Partagez-le !