Il y a des choses qui n’ont pas changé. Par exemple, les bains de mer organisent toujours nos étés, notre paysage intime et nos attentes sociales, comme s’il fallait se mettre en maillot de bain pour se sentir véritablement en vacances.

On peut citer d’autres invariants : la fin de l’année scolaire, les résultats des examens, le grand au revoir aux camarades de classe ou aux collègues, la chance de toucher son salaire alors même qu’on ne fait rien.

Mais le passage du temps a projeté dans le lointain mes années camping-car. De ces voyages à travers le bassin méditerranéen, il ne me reste qu’un carton de photos, deux ou trois journaux de bord, des babioles sans valeur achetées sur un marché, ainsi qu’un amour de la liberté auquel je me réfère comme à une boussole.

Paradoxalement, ce sont mes vacances actuelles qui éclairent mes vacances passées. L’évidence de ce que nous avons aujourd’hui rend anormale et bizarre l’absence de ce que nous n’avions pas encore.

Adolescent, j

Vous avez aimé ? Partagez-le !