Quotidienne

« Frontière », par Michel Agier

Marie Deshayes, journaliste

Pour cet anthropologue, la frontière n'est pas qu'un mur. C'est un lieu permettant la relation et la reconnaissance de l’autre. Spécialiste des migrations, il est invité du festival Étonnants voyageurs qui se tient à Saint-Malo jusqu'à ce lundi, et dont le 1 est partenaire.

« Frontière », par Michel Agier
photo James Startt

La frontière est le lieu de la relation. Mais, dans le débat public et les polémiques qui l’accompagnent, on se heurte toujours à la problématique des territoires des États-nations, à l’obsession des murs. Or, il faut sortir de ces représentations et prendre en considération le fait que, oui, nous vivons toujours avec des frontières, mais pour les dépasser, les traverser, les bouger.

La problématique géopolitique n’est qu’un aspect de cette vie de frontières. En faisant l’expérience de la mobilité, on passe ainsi d’un territoire national à un autre, d’une langue à une autre, on rencontre d’autres cultures, règles de droit, façons de se comporter en public, de manger, de croire, etc. En traversant des frontières culturelles, linguistiques, religieuses, sociales, géographiques, à chaque fois, on fait un apprentissage. C’est un apprentissage de quelque chose qui nous rend plus grands, qui élargit notre monde. Je retiens le terme de fronti

06 juin 2022